Actualités

Nouvel album
The Comeback album

Sortie le 21 octobre 2016
>> Ecouter les extraits

>>
Acheter l'album en prévente

>>
Acheter les billets de concerts (Allemagne)

 

 


ANVERS, Zurenborg
12 octobre 2014
Restaurant Euterpia - ZuMM 2014


Zurenborg, dans le quartier de Berchem à Anvers, est en fête le dimanche 12 octobre 2014 après-midi à l'occasion de la deuxième édition de ZuMM. Dans les maisons, les écoles, l'église, les restaurants et les clubs, les riverains peuvent profiter de plus de vingt concerts surprenants, avec toutes sortes de musiques.
Résident local, Helmut est le fier ambassadeur de cette édition et a annoncé qu'il se produirait dans un endroit surprenant, tel le restaurant Euterpia, pour trois sets intimistes de 6 ou 7 chansons.
Encore une occasion supplémentaire d'applaudir Helmut dans un contexte inhabituel.

Puisque j'ai fait le voyage pour assister au concert d'Ostende la veille, il n'est pas question que je laisse passer cette opportunité et mon chemin musical me porte jusqu'à Anvers. Débarquée à la Gare Centrale, plan en mains, je marche d'un pas alerte vers ce quartier dans lequel la fête s'est installée. La température est douce et le soleil brille, rendant la promenade très agréable. L'itinéraire est d'une simplicité enfantine. "Suivre tout droit", et je ne rencontre aucun obstacle jusqu'au restaurant Euterpia dans lequel Helmut doit donner son premier set vers 15h30. Je pense qu'il était aussi possible de suivre la ligne de chemin de fer qui conduit de la Gare Centrale à celle de Berchem, le long de ce fameux pont joliment ouvragé.

Arrivée à Zurenborg , dans la zone de Cogels-Osylei, je ralentis le pas pour me régaler les yeux et admirer les façades cossues des imposants et magnifiques hôtels parcituliers se trouvant sur mon chemin et héritées de la fin du 19e siècle. De vraies merveilles présentant de remarquables styles architecturaux. Statues, balcons, tours et grandes baies vitrées donnent à chaque bâtiment sa propre identité et prouvent que les architectes de l'époque rivalisaient de créativité. Les façades, richement décorées, sont éclectiques et Renaissance flamande, byzantine, gothique, classique, Art Nouveau se côtoient allègrement. Je n'ai jamais vu un endroit aussi beau et impressionnant. C'est riche et massif. Cette visite est un vrai spectacle.

Enfin me voilà devant le restaurant Euterpia qui est une élégante bâtisse Art Nouveau qui porte le nom de la muse de la musique : Euterpe. C'est aussi le siège du Consulat honoraire du Lesotho, comme en atteste la plaque figurant sur la superbe façade.

Déjà, sur le trottoir, les amateurs de musique campent devant la porte. Les fans de longue date se mêlent aux riverains. Je salue les connaissances et fais quelques bises aux amies. Après une heure d'attente, nous sommes invités à entrer dans la salle de restaurant, transformée en salle de spectacle pour l'occasion. Je découvre l'intérieur de cette remarquable Maison de Maitre, un lieu d'exception, où plusieurs rangées de chaises sont disposées et nous tendent les bras, en guise de bienvenue et d'invitation au spectacle. La pièce est cossue et présente de belles boiseries et une grande cheminée de style, en pierre blanche, sur laquelle président différents bustes et statues qui semblent nous scruter. Au fond, deux grandes baies vitrées laissent entrer une abondante lumière qui se répand de manière diffuse dans l'espace qui servira de scène et où Helmut doit officier. Contre le mur est adossé un très beau bahut sur lequel trône fièrement un énorme chandelier à multiples branches accueillant des bougies allumées et, dans l'angle, plusieurs lumignons et un bouquet de fleurs blanches sont disposés sur une table. Une chaise, micro et pupitre, guitare, enceinte, complètent ce décor. L'atmosphère est ouatée, douce et apaisante dans cette petite bonbonnière : une scène joliment improvisée pour accueillir notre talentueux artiste.

La petite salle, de faible capacité -une cinquantaine de sièges-, se remplit rapidement. Il y règne une chaleureuse animation. Lorsque tous les amateurs et admirateurs ont pris place, Helmut, souriant, apparait, accompagné de Simon Pleysier, son guitariste pour l'occasion, qui semble très sympathique. Toujours aussi svelte et raffiné, notre chanteur est très élégant et porte à merveille ce costume vert bronze, si parfaitement bien taillé, sur un tee shirt noir. J'ai toujours, après 15 ans, une étonnante et agréable sensation, cette impression de découvrir Helmut et cette émotion provoquée par sa douce voix, comme au tout premier jour. C'est la magie d'une voix ! Après quelques mots d'accueil (que je devine, puisque l'artiste s'exprime dans sa langue maternelle, le néerlandais), et les chaleureux applaudissements, Helmut se met à l'oeuvre et, empoignant son micro, décline sa sélection de morceaux choisis. Le premier titre tiré de son album The Crooners, My Way, les deux suivants extraits de Mijn Hart & Mijn Lijf , suivis de deux reprises du répertoire d'Elvis. Et.. et... il nous offre une surprise avec une jolie mélodie inconnue ! Peut-être une chanson qu'il a écrite et composée récemment et qui figurera dans son prochain album ? Et il donne aussi une jolie version retravaillée de In the ghetto, très appréciée et applaudie par le public.

- I am so lucky to sing
- Voed mij op
- Ik schrijf je neer
(poème Hugo Claus)
- In the Ghetto
- une nouvelle chanson en anglais
( inconnue... certainement qu'il vient d'écrire)
- One night with you

La voix de notre chanteur, juste soutenue par la guitare, dévoile toutes ses qualités et sonne agréablement dans ce lieu inhabituel et confiné et la combinaison guitare-voix fonctionne à merveille. Le rendu est parfait et c'est un bonheur de pouvoir savourer ce timbre pur et clair.
Helmut chante par trois fois cette série de 6 chansons : trois mini-concerts privés et gratuits (15h30, 16h30 et 17h30), d'environ une vingtaine de minutes. J'aime beaucoup ce concert intimiste et son ambiance inhabituelle et particulière... Il a quelque chose d'intense, peut-être à cause du plaisir et du privilège ressentis à faire partie de cette fête, mais aussi, parce qu'il est si court et donc un peu frustrant. Mais il restera pour moi un souvenir mémorable.

Malheureusement, c'est déjà terminé et Helmut a salue et effectue sa sortie sous les applaudissements nourris d'un public conquis. Notre chanteur préféré a donné d'excellentes prestations, très sobres, avec une voix de grande qualité, modulée et bien dosée pour ce tout petit endroit. J'imagine que ce n'est pas le même exercice vocal que pour une très grande salle ! Tout était très réussi, mais j'ai aimé tout particulièrement les petites variantes agréables qu'il a apportées à quelques unes de ses interprétations, notamment pour Ik schrijf je neer où il s'est transformé en rossignol pour siffler quelques notes, ou pour In the Ghetto où il a fredonné avec une très jolie voix haute. J'aime les voix de tête et cette dernière version doucement rythmée et chantée avec infiniment de délicatesse et d'élégance. Je la trouve plus douce et plus légère que l'habituelle. Et j'ai découvert aussi avec plaisir la mélodie accrocheuse d'une nouvelle ballade au titre inconnu. Une belle promesse pour l'avenir...
Helmut a aussi raconté une histoire au sujet du poète Hugo Claus et du restaurant Euterpia... mais je n'ai pas vraiment compris de quoi il s'agissait... sauf peut-être que ce poète avait ses attaches dans cet établissement. Bien sûr, l'artiste ne s'est pas départi de son jeu de scène unique, mais il l'a allié à la sobriété requise pour cet endroit spécial.

Merci pour tout, Helmut. Bravo aussi au guitariste qui a bien tenu sa place. Je ne regrette jamais de me déplacer pour vos performances.

à voir aussi :

Photos
du concert
Instantanés de
bonne humeur



| Sommaire |


Depuis le 20 juillet 2004, lottifans ont visité ce site !

© 2004-2016 Helmut Lotti et moi v5.1.1 | Contactez-moi | Accueil | Webmaster : Emma | Retrouvez Helmut sur Amazon