Actualités

Nouvel album
The Comeback album


>> Acheter l'album

Nouveau concert
The Comeback Concert
Pop-rock/Folk
- - - - -
25 novembre 2017 à 20:00
Elisabeth Center
à ANVERS (Belgique)

>> Réserver vos billets

THE COMEBACK TOUR
Allemagne, Autriche, Suisse, Suède, Finlande et Danemark
>> Réserver vos billets
 

PERIODE "FROM RUSSIA WITH LOVE"

KNOKKE - Casino
Juillet 2005

Sous le charme d'un merveilleux crooner


"Eté" ne rime pas forcément avec "Musique" à Knokke et pourtant du côté des inconditionnels d'Helmut Lotti, c'est le lieu de rendez-vous incontournable de juillet. Le temps d'un grand week-end, chacun va vibrer au rythme des spectacles époustouflants du plus "éclectique" des chanteurs de la planète et au son de sa voix d'OR.

Même si nous étions dans la grisaille, sous la pluie et si la température était fraiche pour la saison, le soleil a brillé cette année encore à Knokke sous la houlette d'un merveilleux crooner. Ce n'était pas moins de 17 fans français qui se sont trouvés, et retrouvés pour certains, sous le ciel peu clément de Belgique, pour célébrer ces journées si spéciales. Nous avons tous eu le grand plaisir de nous revoir et aussi de faire la connaissance des nouveaux fans français pour qui leur premier "Knokke" avait le goût d'un baptême de l'air. Nous avons embrassé également nos amis de tous pays fraîchement débarqués pour la circonstance.

Helmut a donné, encore dans cette édition, le meilleur de son talent et de lui-même, et particulièrement lors du concert de samedi soir. C'est pour cette raison que je vais parler de cette journée, d'autant plus qu'un fan-meeting exceptionnel avait été programmé quelques jours auparavant, étonnant et enthousiasmant pour tous les amoureux de la voix d'Helmut.

Rendez-vous étant pris pour participer à cet inespéré goûter avec Helmut, je dirai qu'environ 200 personnes (mais c'était peut-être plus) se sont retrouvées sur le trottoir du Casino, à bavarder joyeusement d'une multitude de choses et bien sûr de notre sujet favori, Helmut, en patientant jusqu'à l'heure tant attendue. C'est dans cette euphorie que nous avons eu la grande surprise de voir Helmut arriver à vélo en tenue de cycliste dans son beau maillot jaune arborant fièrement le logo "HL goes classic". Formidable de le voir dans ce costume qui lui va à ravir et qu'il aime revêtir, nous le savons. Chacun y est allé de sa petite photo, l'occasion était trop belle.

L'heure du fan-meeting étant arrivée (15H30), tout le monde s'est engoufré comme un seul homme dans le hall du Casino par le tourniquet. C'était une cohue indescriptible et dangereuse et il est regrettable que les portes n'aient pas été ouvertes plutôt que ce système dans lequel les gens sont restés parfois bloqués. Heureusement aucun accident n'a été déploré. Nous étions attendues dans une immense et magnifique salle du Casino où des fresques originales de ce grand peintre belge qu'est Magritte ornaient les murs. Des tables rondes étaient dressées pour la circonstance et chacun a pris place, debout, attendant l'arrivée d'Helmut. Il régnait dans cette "Salle Magritte" une effervescence incroyable. Les appareils photos étaient prêts à faire feu et toute la panoplie du parfait fan était étalée sur la table : fleurs, cadeaux, photos ... Toutes les générations étaient représentées : de la mignonne Victoria - 10 ans - à la charmante Maman d'Amal, en passant par quelques décennies entre elles. Nous avons eu un très grand plaisir à patienter ensemble.
Enfin, Helmut est apparu dans un beau costume gris foncé, sur une chemise blanche agrémentée d'une cravate à rayures marron sur fond beige. Très très chic ! Comme à son habitude. C'est toujours très agréable de le retrouver après plusieurs mois et bien sûr, le coeur bat un peu la chamade.

Helmut est arrivé au podium après s'être frayé un chemin dans la foule, et nous a souhaité la bienvenue dans plusieurs langues. Il me semble qu'il a été effrayé lorsqu'il a vu tout ce monde qui l'attendait et qu'il devait visiter en si peu de temps. Helmut a donc entamé son tour de salle, allant de table en table, de l'un à l'autre, de photo en photo, de bise en bise et de dédicace en dédicace, tout cela à une vitesse record. Quelques mots échangés, quelques cadeaux offerts qui s'amoncelaient dans un petit local et Helmut a été libéré à plus de 18 heures. Il nous avait confié qu'il devait revoir l'ordre des chansons de ce 2e concert pour le rendre encore plus attrayant. C'est vraiment spectaculaire de le voir si sollicité et si disponible en si peu de temps. Et c'est aussi étonnant et épatant de voir avec quel soin il dédicace les photos qu'on lui présente et avec quelle patience îl pose avec ses fans pour les photographes, s'attachant à chaque détail.
Entretemps, nous nous sommes régalés avec de bons petits pains fourrés et différentes boissons au choix et à discrétion. Ce moment avec Helmut a été rapide et court et pourtant si personnel que nous ne le laisserions passer sous aucun prétexte. C'est toujours si agréable de le rencontrer. Merci Helmut pour votre générosité...

Une rencontre se termine pour laisser place à une autre et de taille : le concert. Un petit moment de détente et un bon repas pris tous ensemble font aussi partie de la fête. Nous sommes 18 à table et les conversations vont bon train.

Bien restaurés, nous regagnons le Casino et nous installons à notre table. La pression monte et l'émotion s'installe. On a comme l'impression que c'est toujours la première fois. C'est cette magie et ce charme que dégage Helmut qui sont toujours présents à chaque concert. Tout en l'espérant, Je ne suis pas pressée que le spectacle commence car bien sûr, le meilleur est encore à venir. Je déteste ce compte à rebours inévitable car comme je dis toujours à mes amies "je commence à griller ma cartouche..." et lorsqu'elle est grillée, cela veut dire que le rideau est tombé. Je déteste que le rideau tombe.

Mais les lumières s'adoucissent doucement pour s'éteindre entièrement et l'orchestre installé joue l'intro. Le rideau s'ouvre et la voix d'Helmut emplit la salle avec Suspicious Minds. Il arrive sur la scène dans un très beau costume sombre, chemise blanche ouverte, style décontracté. Toujours parfait. Quel plaisir d'entendre en direct cette belle voix. Je commence "à griller ma cartouche" mais quel bonheur de le faire.

Helmut avait pris le soin de nous annoncer ce concert comme une nouvelle expérience. Effectivement, le premier coup d'oeil vers la scène nous montre un changement concernant les musiciens. Il a troqué son habituel vieux "Golden bis band" qui l'accompagne toujours à Knokke, contre un nouvel orchestre qu'il nous présente, le sourire aux lèvres, comme étant "The Golden Lotti Orchestra" qui se compose de 21 personnes dont 4 choeurs. C'est un très bon compromis entre le Golden Bis Band et le Golden Symphonic Orchestra des concerts classiques. Et ceci est une première surprise.

Helmut commence donc par quelques rocks d'Elvis, Suspicious Minds, Blue Suede Shoes, I'am all shook up, parmi lesquels vient se méler la douce et chaude Solamente Una Vez revue et corrigée. La première partie démarre très fort... et la salle se calme avec Bridge over troubled water, une merveille qui vous serre la gorge et vous remplit d'émotion tellement l'interprétation d'Helmut est intense. Il faut dire que pendant ce premier quart d'heure, nous avons eu le temps de nous rendre compte qu'au niveau de la scène, encore, se trouvait notre deuxième surprise. Une surprise de taille pour nous régaler les yeux puisque les jeux de lumière qui scintillaient étaient les mêmes cette fois que lors d'un concert traditionnel. Les rouges, les oranges, les jaunes, les bleus, les verts... s'entrechoquaient allègrement pour donner vie et relief à la scène. Le beau ciel étoilé était aussi au rendez-vous pour accompagner certaines mélodies et pour créer l'ambiance. Tout cela était du plus bel effet et donnait encore plus d'éclat à ce spectacle.

Et c'est là qu'intervient la nouvelle expérimentation annoncée par Helmut. C'est là que nous découvrons une autre facette de son talent. Helmut à notre grande surprise, mais pour notre plus grand plaisir, troque sa toque russe contre une casquette de "crooner". Il entonne avec délicatesse, avec douceur, avec charme, avec séduction, avec beaucoup de swing et avec un sourire et une voix à faire damner des saints, des chansons des grands crooners américains comme Sinatra, Perry Como, Tony Benett et d'autres dont j'ai oublié le nom. Il reçoit une salve d'applaudissements pour Moon River, Everybody loves somebody sometimes, Oh, Look at me now, I won't cry anymore. Il interprète aussi une belle chanson romantique et triste de sa propre composition How could I ever forget you. Le public est conquis et vraiment quoi de mieux pour Helmut que ce style qui lui colle à la voix, comme dit mon amie Catherine ?

Puis il enchaine avec son premier succès en flamand Kom nu qu'on a toujours plaisir à entendre. Sur ce vieux succès, Helmut se promène dans la salle et rend visite à son public ravi. Encore une surprise.

Ensuite, c'est le duo avec Katy pour Paradise by the dashboardlight. Ce mélange de drame et comédie est joué par Helmut et Katy comme une petite comédie musicale. Quelle fougue. Bravo. Le public est debout pour un long applaudissement.

Nous reprenons notre souffle avec You've got a friend. Cette chanson qu'Helmut faisait en duo avec Mickael Jr il y a quelques temps.

Et la première partie se termine déjà à mon grand étonnement sur un Medley rock endiablé. Cela passe si vite avec Helmut. Tout le monde est enchanté.

Après l'entracte, nous avons un magnifique échantillon des capacités vocales d'Helmut et de son énergie décuplée. Mais où va-t-il chercher toute cette vitalité ? La séance s'ouvre sur un Proud Mary toujours époustouflant. Le ton est donné ! Puis "Love me", suivie sans attendre de One night with you. All by myself si belle, mais si difficile à chanter, Waroom ik, encore un succès flamand pour ravir ses compatriotes et les autres aussi, Wanted de Perry Como, une nouvelle chanson, I can't stop loving you avec un final extra, un Medley blues endiablé comme Helmut sait faire, What now my love superbe, encore un Medley soul, puis il nous emmène danser sur notre chaise avec Pata Pata, un magnifique souvenir d'Out of Africa.

A notre grand désespoir, Helmut annonce déjà la dernière chanson You've lost that loving feeling qu'on écoute religieusement, nous l'adorons. C'est le temps des applaudissements à tout rompre et des rappels, les fans sont au pied de la scène et tapent dans leurs mains. Helmut ne peut faire autrement que de revenir pour son fameux King meldey si réputé reprenant les plus grands hits d'Elvis. Touijours un moment d'une grande intensité.

Le public se refuse à laisser partir Helmut et le rappelle encore une fois. Et c'est Hurt, extraordinaire chanson qu'Helmut termine en apothéose. La salle exhulte, les applaudissements et les cris fusent en remerciement de ce concert inoubliable et d'une intensité exceptionnelle.

Le rideau tombe.

Tout le monde sort de cette salle, abasourdi par tant de dynamisme, d'énergie, de vitalité et se demandant comment fait Helmut pour être à ce top niveau toujours et toujours. C'est certain, il adore la scène.

Une idée nous vient : et si Helmut nous offrait un album avec ses nouvelles chansons "crooner" ? Ce serait super et l'avenir nous le dira.

Une surprise nous attend encore cependant. Nous nous sommes attardées et dans le hall du casino, le son d'un piano se fait entendre. Un atroupement, et au milieu de ce groupe, un piano. Et au piano un homme qui joue du Jazz, des chansons de Ray Charles. Sans plus attendre nous nous joignons à ces gens qui reprennent en coeur ces chansons qu'interprète Paul Ambach, alias Boogie Boy. Et nous voici parties pour écouter et apprécier ce jazzman endiablé pendant une vingtaine de minutes. Ce fut très agréable et bravo à Boogie Boy.

Vous pouvez découvrir d'autres photos du concert en cliquant ici.

Concert précédentSommaireConcert suivant

 


Depuis le 20 juillet 2004, lottifans ont visité ce site !

© 2004-2016 Helmut Lotti et moi v5.1.1 | Contactez-moi | Accueil | Webmaster : Emma | Retrouvez Helmut sur Amazon